Valentin Bianchi

Publié le Publié dans Non classé

19 mai 2017 / 19h / STUDIO 11/1, 11 rue de la liberté, Liège

Valentin Bianchi « the final step »

2015 a été sans aucun doute l’année la plus difficile pour la crise migratoire que l’Europe ait connu depuis des années. Les dernières estimations parlent de 800 000 réfugiés arrivés rien que pour l’année 2015. Considérant cela, les camps de réfugiés comme la Jungle Calais en France n’ont cessé de croitre. Mais la jungle est détrônée par un camp encore plus atroce en termes de conditions sanitaires, Grande Synthe dans la périphérie de Dunkerque, toujours en France. Son surnom L’Enfer de la Jungle.

Selon l’UNHCR, le nombre de déplacés et de réfugiés suite aux différents conflits mondiaux se chiffre à environ 60 millions de personnes pour l’année 2014. Environ neuf réfugiés sur dix vivent dans des pays limitrophes aux leurs. Par exemple, le Liban accueille plus d’un million de réfugiés syriens selon les dernières estimations.

Rien que sur l’année 2015, environ 800 OOO réfugiés et migrants ont tenté de franchir la Méditerranée pour atteindre l’Europe. Souvent dans les conditions périlleuses que l’on connaît maintenant. On estime à plus de 2000 hommes, femmes ou enfants ayant perdu la vie durant leur tentative de traversée de la Méditerranée. 52% des réfugiés arrivant en Europe sur l’année écoulée sont des réfugiés syriens.

La plupart d’entre eux n’ont qu’une obsession, arriver en Angleterre. Peu importe le prix qu’ils devront payer pour y arriver. Géographiquement, la région de Calais et de Dunkerque est parmi les villes françaises les plus proches du rivage anglais. Calais concentre en plus un terminal Ferry ainsi que l’accès au site Eurotunnel permettant le passage au tunnel sous la manche.

La France et l’Angleterre déploient une énergie considérable afin d’empêcher toutes tentatives d’accès aux différents terminaux. La présence des CRS Français à proximité de la Jungle de Calais est impressionnante. Que ce soit en journée ou de nuit. Le but est simple, personne ne doit passer.

Vu la difficulté de plus en plus grande à tenter sa chance par Calais, d’autres alternatives sont envisagées et certains camps se créent. Si Calais devient trop compliqué pour les passeurs, ils tentent alors de faire monter les réfugiés en amont du cheminement des camions. Ces efforts répétés conduisent à la naissance de nouveaux camps comme celui de Grande Synthe près de Dunkerque. Là où la Jungle de Calais a réussi à s’organiser et mettre au point un fonctionnement en quartiers avec des églises, des boutiques, des lieux de détente; Grande Synthe lutte désespérément pour sortir de la boue et des déchets. Ce camp ne comptait environ que 400 personnes à la fin du mois d’août 2015 mais depuis il n’a fait que grandir pour atteindre aujourd’hui environ 2500 personnes. Ici, il faut s’accrocher aux arbres pour ne pas tomber. La boue est froide, glissante et les températures glaciales de ce mois de Janvier n’aident pas. Il faut trouver son chemin entre les palettes de bois, les restes d’anciennes tentes, les matelas imbibés d’eau.

Suite aux hésitations de l’état, craignant que le camp devienne pérenne et interdisant l’arrivée de matériaux qui permettrait de créer des abris de fortune un peu plus confortables, MSF a décidé de prendre en charge la création d’un camp sur un autre terrain. La construction de celui-ci est en cours et devrait permettre de proposer une solution plus vivable à ces familles venant en majorité des régions kurdes de Syrie et d’Irak. Ce ne sera qu’une étape de plus pour eux qui n’aspirent qu’à une chose, passer en Angleterre.

Ils n’ont pas la volonté de s’y établir mais simplement de fuir la guerre qui ravagent leur pays, en attendant des jours meilleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *